TOUS LES FILMS SONT PROJETÉS EN VERSION ORIGINALE (VO) SOUS-TITRÉE EN FRANÇAIS, SAUF VERSION FRANÇAISE PRÉCISÉE EXPLICITEMENT (VF).

SME  >  Film Français, sous-titres pour les malentendants activés sur demande
VF(sme)  >  Version Française (sous-titres pour les malentendants activés sur demande)
VO  >  Version Originale sous-titrée en français

Cinéma LE PATIO 51 avenue de la Gare 01170 GEX

Programmes
du 20 nov. au 17 déc. 2019

Semaine

du 20 au 26 nov.

CASSANDRO THE EXOTICO

DERNIERS JOURS A SHIBATI

GAME GIRLS

LES INDES GALANTES

ANGRY BIRDS 2

CAMILLE

FAHIM

MATTHIAS ET MAXIME

Semaine

du 27 nov. au 3 déc.

5 EST LE NUMERO PARFAIT

L'AS DE PIQUE

AU BOUT DU MONDE

HORS NORMES

LA NUIT DES MORTS VIVANTS

LA PUCE A L'OREILLE

SORRY WE MISSED YOU

SHAUN LE MOUTON 2

Semaine

du 4 au 10 décembre

ABOMINABLE

LES AMOURS D'UNE BLONDE

LE CRISTAL MAGIQUE

DEBOUT SUR LA MONTAGNE

OLEG

POUR SAMA

LE TRAITRE

ZOMBIE

Semaine

du 11 au 17 décembre

ADULTS IN THE ROOM

AU FEU LES POMPIERS !

UNE COLONIE

LA CORDILLÈRE DES SONGES

LE JOUR DES MORTS-VIVANTS

LA FLÛTE ENCHANTÉE

JOYEUSE RETRAITE !

SAMSAM

LE VOYAGE DANS LA LUNE

 

Dès 1963 avec la sortie de son premier long-métrage L’As de pique, Milos Forman devient le chef de file de la Nouvelle Vague tchèque et son plus célèbre représentant. En rupture totale avec l’esthétique du réalisme socialiste, le jeune Tchèque prend pour héros de ses films des personnages ordinaires montrés dans la vie de tous les jours, sans didactisme ni portée moralisatrice. En brouillant la frontière entre fiction et documentaire, Forman veut que ses spectateurs se reconnaissent dans les personnages.

Son choix de mélanger acteurs professionnels et amateurs, son goût pour la semi-improvisation (le cinéaste ne donnait jamais de scénario à ses interprètes) et ses tournages en décors réels, caméra à l’épaule, l’ont souvent rapproché du néo-réalisme italien et de la Nouvelle Vague française, appliquant le principe de cinéma-vérité. Car Milos Forman souhaite, à travers ses premiers films, livrer une vision authentique de la jeunesse, alors totalement inédite à l’époque. Ce regard si singulier, où la musique occupe une place essentielle, fera le sel de ses deux premiers longs-métrages, les sensibles et mordants L’As de pique et Les Amours d’une blonde. Son dernier film tchèque, la comédie satirique Au feu, les pompiers !, sera comme un cri de liberté dans les ténèbres pragoises et conduira à l’exil de son réalisateur.

 

LES COURTS-METRAGES

Le Patio vous propose chaque semaine un ou plusieurs court-métrages en première partie de séance.

Romero, ce sera d’abord et pour toujours, La Nuit des morts-vivants (1968), film-culte, terme ô combien galvaudé aujourd’hui, mais qui sied parfaitement à cet objet-ci. Réalisé avec quelques copains pour un budget riquiqui de moins de 100 000 dollars, il constitue un véritable jalon dans l’histoire du cinéma horrifique. Un frère et sa sœur, venus fleurir la tombe de leur père, y sont attaqués par un étrange vagabond à la démarche mécanique. Le frère meurt, la sœur se réfugie dans une ferme, bientôt encerclée de zombies. Un routier afro-américain tente de l’aider… 

Noir et blanc granuleux des origines, sens graphique du cadrage, force documentaire : c’est son réalisme saisissant qui a, d’emblée, fait événement et concouru à la valeur de ce manifeste contestataire, aussi flippant hier qu’aujourd’hui. On est directement plongé au cœur de l’action, rien n’y semble artificiel, tout paraît vrai, aux antipodes des conventions.

En choisissant un Black comme héros, en refusant le happy-end, en déterrant surtout toute une part honteuse de l’histoire américaine (génocide des Indiens, esclavagisme, etc.) alors même que le pays était plongé en pleine guerre du Vietnam, celui qui avait, jusque-là, fait sagement ses études à l’université de Pittsburgh frappait un grand coup. Et donnait à pas mal de cinéphiles américains la furieuse envie de prendre une caméra et d’aller s’éclater en toute liberté, loin des carcans du studio. D’autant que ce film de fauchés rapporta son paquet d’argent, entre quatre et cinq millions de dollars.

 

 

OPÉRA

La Traviata •
Les Indes galantes •
La Flûte enchantée •
Le Prince Igor •
Il Trovatore •
Manon •
Madame Butterfly •

 
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now